Carnet Noir
Carnet Noir - Décès de Lucien Blyau, l'éternel supporteur Photo : pelotonmagazine.com

Carnet Noir - Décès de Lucien Blyau, l'éternel supporteur

 

Il n'a jamais pu passer chez les professionnels, pourtant on peut trouver grand nombre de photos où Lucien Blyau pose avec ses amis aux noms dorés, des Evans, Cancellara, Freire, Gilbert, Casper... Qui est donc cet homme que l'on retrouvait depuis plus de 40 ans sur le Tour de France et d'autres courses françaises et belges ?

Lucien Blyau était la définition même d'un "amoureux du vélo". Depuis une quarantaine d'année le Belge, âgé de 90 ans, se postait avec son camping-car sur le bord de la route pour accomplir sa tâche de "porteur d'eau". Sa mission était simple : distribuer des boissons aux coureurs pour les aider dans cet effort incroyable qu'est le Tour de France. Une mission accomplie depuis tellement d'années et avec tellement d'efficacité que ce simple supporteur était reconnu et apprécié des coureurs. D'habitude, le cycliste professionnel se doit d'être très vigilant vis à vis des boissons qu'il récupère d'un spectateur, pour ne pas ingérer un produit dopant. Pourtant, tous faisaient confiance à Lucien, prenaient la boisson, et remerciaient leur ami, qu'ils soient dans le gruppetto ou même à l'attaque à l'avant de la course. Les concurrents le connaissaient et étaient reconnaissant envers lui, tout simplement.

En 2011, ce porteur d'eau au grand coeur avait été interviewé par nos confrères de La DH, et ses mots suffisaient à expliquer le personnage. "Chaque jour, je me poste à une bonne vingtaine de kilomètres de l’arrivée, dans une bosse où les coureurs ne passent pas à trop vive allure. Je leur y tends de petites bouteilles d’eau minérale ainsi que des cannettes de Coca-Cola. Et je dois dire que mon bar connaît un joli succès (rires). Avant le Tour, je fais le plein de marchandises dans une grande surface. Mais par grosses chaleurs, je dois très régulièrement réapprovisionner mon stock tant les coureurs me sollicitent. Beaucoup d’amis me traitent de fou quand je leur précise que je paie tout cela de ma propre poche. Je leur réponds que là est mon plus grand plaisir et que celui-ci ne s’achète pas. Le peloton a confiance en moi et sait que je ne me permettrais pas de glisser quoi que ce soit dans une boisson. Si vous veniez à proposer une bouteille à un coureur, il y a très peu de chance que celui-ci l’accepte si ce n’est pour s’arroser. Sur les courses en circuit, certains me passent même parfois commande pour le prochain Tour. Ma passion a commencé avec Claudy Criquielion, un voisin, dont j’étais un grand supporter. Aujourd’hui, je soutiens tous les coureurs et ne refuserai jamais une bouteille à qui que ce soit. J’ai trop d’admiration pour eux. Les mercis que je reçois en retour me suffisent. Lors de sa première retraite, Lance Armstrong a même fait arrêter la voiture dans laquelle il avait embarqué pour suivre une étape pour pouvoir me saluer et me serrer la main".

C'est ainsi que celui qui est devenu l'ami des coureurs distribuaient environ 800 cannettes et bouteilles sur un Tour de France et ravitaillait environ un quart du peloton ! Ancienne star du peloton, Cadel Evans disait à son propos que c'était "le fan préféré de tous les coureurs". Nous vous proposons également de visionner ce sujet vidéo de Eurosport sur Lucien Blyau. 

 

Nul doute que Lucien en aura inspiré plus d'un de par sa simplicité, sa gentillesse et son dévouement. Un beau symbole de l'esprit du cyclisme, car comme il le disait, "Je suis heureux comme ça, et ça, ça compte dans la vie".

La rédaction de Cyclism'Actu adresses ses sincères condoléances et ses pensées aux proches de Lucien Blyau. Repose en paix.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Pierre HERTOUT


Brèves

Transferts


Sondage

Qui remportera le 72e Tour d'Espagne ?














Partenaires