Chronique
Chronique - Marc Fayet : Nacer Bouhanni, l'arabe de service ? Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

Chronique - Marc Fayet : Nacer Bouhanni, l'arabe de service ?

Un nouveau venu depuis quelques semaines déjà dans l'équipe des chroniqueurs de Cyclism'Actu : Marc Fayet. Auteur dramatique (Molière 2015 de la comédie), Comédien (Molière 2003 de la révélation masculine) présent sur les scènes de Théâtre depuis près de 30 ans. Il est également un fervent défenseur du cyclisme auprès duquel il est très impliqué (Tour du Finistère, LNC, FFC, UNCP…) il n’en demeure pas moins un libre penseur. C’est son regard décalé et malicieux que nous vous proposons de découvrir régulièrement sur Cyclism'Actu.

Marc Fayet chroniqueur et au micro de Cyclism'Actu


Pour éviter de débuter une nouvelle saison avec de fausses incertitudes et des jugements définitifs sur nos coureurs, il n’est pas inutile de nous pencher sur le personnage le plus insaisissable et le plus inclassable du peloton : Nacer Bouhanni. Pour ceux qui l’ignoreraient Nacer est né à Epinal mais n’est pas sage comme une image… D’ailleurs l’image il s’en fout, il le dit, l’assume, le revendique tellement fort que parfois on pourrait croire qu’il se force à ne pas sourire. Il clame avec conviction que sourire n’est pas une preuve de sincérité, que c’est même une marque d’hypocrisie (Il exagère !). Il est vrai qu’en raison de l’historique rivalité qui l’oppose depuis les rangs juniors à son plus féroce rival, c’est une manière de se démarquer de l’homme qui sourit toujours et parfois sans raison, j’ai nommé Arnaud Démare.

Vu sous cet angle j’y décèlerai une certaine logique, comment Nacer pouvait-il se distinguer d’un autre coureur d’exception possédant les mêmes qualités sans faire exactement le contraire ? … En ce sens le jeune Nacer aurait trouvé un premier élément de différenciation. On imagine le gain que cela représente à l’arrivée d’une course où un spectateur n’aurait pas retenu les noms et qui demanderait « Qui a gagné ? le sympa ou le pas sympa ? » et la réponse fait guise de désignation : Le sympa Démare, le pas sympa Bouhanni. Distinction réussie ! Et pour ce qui est des victoires ce n’est qu’une alternance depuis plusieurs années entre les deux masques opposés d’un égal talent.  

 

"Ce qu’on te reproche, cultive-le, c’est toidisait, paraît-il, Jean Cocteau

"Ce qu’on te reproche, cultive-le, c’est toi" disait paraît-il Jean Cocteau, alors comme si cela ne suffisait pas le jeune cycliste Vosgien a décidé de développer un autre aspect encore plus particularisant, il s’agit de la boxe. Il l’a pratiquée, la pratique encore, certaines mauvaises langues affirmeront qu’il la pratique parfois même en course et que ses plus grands héros sont Mike Tyson et Mohamed Ali. Alors évidemment pas de Coppi, de Hinault ni de Merkx ça jette un froid chez les gardiens du culte ! Et puis il y a des frasques totalement inhabituelles dans l’univers bien policé du peloton moderne : Jamais on n’avait entendu parler d’un coureur se fritant avec des fêtards à trois heures du matin avant un championnat de France.

Jamais on n’avait eu l’écho d’un gros salaire voulant péter la vitre d’une bijouterie parce qu’on refusait de lui vendre une montre. Le bouchon était poussé suffisamment loin pour que le jeune Bouhanni s’impose enfin comme le Bad boy de service et la presse avait son personnage idéal pour alimenter un feuilleton à épisodes, rendant toutes les polémiques possibles et tous les fantasmes envisageables.

Mais étais-ce réellement l’intention du garçon ? D’ailleurs personne n’y était cette nuit où à Vesoul il hypothéqua définitivement ses chances de remporter le championnat ! Ce n’est pas nous qui avons été réveillé par des hommes fortement alcoolisés en pleine nuit, 6 heures avant de se placer sur la ligne de départ d’une des épreuves les plus importantes de l’année et certainement les plus chères à son cœur ( Puisqu’il fut champion de France en 2012, comme il fut champion de France de la Gendarmerie, champion de France militaire…) Nous n’étions pas présent non plus à Nancy quand il s’est acharné sur la devanture du bijoutier, insultant les vendeuses terrorisées en hurlant qu’il était « Le millionnaire de Nancy » ? Surtout qu’il paraît qu’ils ont bu le champagne ensemble le lendemain et que tout n’était qu’une suite de malentendus ( Mais on ne sait toujours pas s’il a fini par se l’acheter la montre en question et surtout s’il a obtenu une ristourne, la presse oublie souvent l’essentiel ).

 

Nacer Bouhanni aurait-il décidé d’être l’arabe de service ?

Alors Nacer Bouhanni aurait-il décidé d’être l’arabe de service afin de se prémunir de toutes remarques désobligeantes ? Une manière de prendre les devants avant toute allusion à son origine ? Mais son origine est française que je sache ? Il est Lorrain et fier de l’être. Il est peut-être un peu basané, mais nous serions nombreux à rêver d’avoir son teint qui s’harmonise parfaitement avec son visage bien fait et il pourrait, s’il le décidait, s’aligner dans le top 3 des coureurs français les plus sexy. Il faudrait juste qu’il s’autorise un sourire de temps en temps et aille serrer quelques mains spontanément et le podium des coureurs à la tête et aux jambes bien faites serait pour lui.

Et pour ce qui est de l’altercation à l’arrivée de Paris-Bourges en Octobre dernier avec Rudy Barbier, j’y vois la peur d’un homme qu’on a vu chuter face contre sol lors d’une étape de Paris-Nice en 2013, j’y vois aussi celui qui fit un soleil lors du sprint du championnat de France 2015 à Chantonnay, je revois plus récemment son corps immobile en travers de la route sur  le Tour du Yorkshire et qui donna des frissons à tous d’autant plus que des récentes révélations nous dévoilent à quel point il fut à deux doigts de perdre la vue. Comment ne pas se mettre dans la tête de celui qui s’est presque vu mourir et qui pourtant continue à pratiquer sa vocation de sprinter, aspirant toujours à gagner comme tous les champions, comme tous ceux qui ne trichent pas, comme tous les plus grands combattants que notre sport adule : Heureux lorsqu’ils gagnent, Hargneux lorsqu’ils perdent.  Non, décidément, je crois qu’il serait bon de restaurer l’image de ce coureur unique, indispensable à notre formidable vivier de talents prodigieux. Ça tient un peu à nous, un peu à lui et il est encore temps que nous fassions le chemin qui convient pour nous rencontrer enfin car nous avons un intérêt commun…  le cyclisme a besoin de lui et lui a besoin de tous. Il n’est plus que temps de démêler le vrai Nacer du faux Bouhanni et inversement. 

A LIRE AUSSI :

EXCLU Cyclism'Actu - Nacer Bouhanni, enfin guéri, "a failli perdre la vue" cliquez ICI

 

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Marc FAYET


Brèves

Transferts


Sondage

Que pensez-vous du contrôle anormal de Chris Froome ?












Partenaires